Premier guerrier égéen 5000-1450 av. J.-C., Raffaele d'Amato et Andrea Salimbeti

Premier guerrier égéen 5000-1450 av. J.-C., Raffaele d'Amato et Andrea Salimbeti

Premier guerrier égéen 5000-1450 av. J.-C., Raffaele d'Amato et Andrea Salimbeti

Premier guerrier égéen 5000-1450 av. J.-C., Raffaele d'Amato et Andrea Salimbeti

Guerrier 167

La majeure partie du livre se concentre sur la culture cycladique qui s'est développée sur les îles grecques (florissante vers 3 200-1 100 av. J.-C.), au début de Chypre et de la Crète minoenne, avec une certaine couverture de la Grèce continentale. Il se termine par la conquête achéenne de la Crète (pas par une menace minoenne comme indiqué sur la couverture arrière). Cela inclut le point culminant de la culture minoenne pendant les périodes palatial et néopalatial).

Le livre est très bien illustré avec du matériel pertinent, y compris des photos d'artefacts et d'œuvres d'art anciens et des dessins très utiles montrant le développement de diverses armes et pièces d'armure au fil du temps (si bien en effet que les plaques de couleur Osprey habituelles de bonne qualité se sentent presque hors de endroit).

Les auteurs ne sont clairement pas des partisans du modèle « minoen pacifique », qui suggère qu'il n'y avait pas de guerre dans la culture minoenne. Cela nécessite de rejeter une quantité toujours croissante de preuves de l'art et de l'archéologie minoenne, y compris des preuves très répandues de blessures par arme dans les tombes et une importante collection d'armes minoennes.

C'est l'un de ces Ospreys qui semble contenir une grande quantité d'informations dans son espace limité, et il est clair que les auteurs connaissent vraiment leur affaire. Il existe des liens intéressants entre la forme physique des armes et le type de combat auquel elles étaient le mieux adaptées, en regardant comme le centre d'équilibre des épées, avec d'autres plus adaptées au combat individuel (le modèle « héroïque »), avec de larges mouvements de balayage, et d'autres mieux adaptés au combat rapproché ou en formation. Les développements dans le travail des métaux sont également pris en compte, en examinant comment cela a affecté ce qui était possible.

Chapitres
Chronologie
Organisation militaire
Vêtements
Armes et armures
Fortifications et guerre de siège
Les premiers navires égéens et la puissance navale de la Crète
La vie d'un guerrier
Guerre
Sites, musées et ressources électroniques

Auteur : Raffaele d'Amato et Andrea Salimbeti
Édition : Broché
Pages : 64
Éditeur : Osprey
Année 2013



Premier guerrier égéen 5000-1450 av.

Ce livre de poche de 64 pages est le numéro 167 de la série Warrior disponible chez Osprey Publishing.

Le continent et les îles de la Grèce ont été largement colonisés par des peuples venant d'Asie Mineure vers 5000 avant JC, tandis qu'une autre vague vers 5000 avant JC a introduit le travail du bronze dans la région. C'est à partir de ce point qu'il est possible de discerner une civilisation cycladique ou égéenne distincte, se développant à peu près en même temps que les civilisations égyptienne et persane. Plus au sud, la civilisation minoenne basée sur la Crète régnait, et ce pouvoir, ainsi que les Achéens helladiques au nord, ont progressivement submergé la civilisation cycladique entre les deux. Comme dans la plupart des sociétés de l'âge du bronze, la culture du monde égéen était dominée par la guerre, les habitants vivant dans des colonies organisées et de petites citadelles avec des murs de fortification et des remparts, des tours et des portes pour se protéger des envahisseurs de la mer ou des conflits internes. Utilisant les dernières preuves archéologiques, ce titre recrée le monde de ces peuples à travers un examen détaillé de leur culture matérielle.

Le contenu de ce livre est :

  • introduction
  • Chronologie
  • Organisation militaire
  • Vêtements
  • Armes et armures
  • Fortifications et guerre de siège
  • Les premiers navires égéens et la puissance navale de la Crète
  • La vie d'un guerrier
  • Guerre
  • Sites, musées et ressources électroniques
  • Bibliographie
  • Indice

Ce livre est une excellente ressource courte sur la culture égéenne méditerranéenne primitive. Les joueurs de guerre, les peintres de figures et les historiens apprécieront tous ce livre de la même manière, car les planches, les photographies et les illustrations améliorent toutes les informations écrites.


Анные категории

Ие цитаты

La tenue de cérémonie consistait en une longue robe en forme de tunique faite de couleurs vives avec de riches broderies. Il était réservé aux princes, à la noblesse et aux prêtres. Une cape courte ou une cape en peau d'animal ou en laine était portée par-dessus le pagne ou la robe pour se réchauffer.

De grands navires de conception similaire avec des symboles de poisson au sommet de leur proue sont très présents dans plusieurs représentations cycladiques datées d'environ 2500-2000 av. Un navire avec un design cycladique est également l'un des symboles sur le disque de Phaistos.

Les premiers Minoens portaient des peaux d'animaux, mais en 3000 avant JC, ils maîtrisaient l'art du tissage du lin et, plus tard, de la laine. La preuve que la filature et le tissage étaient déjà connus dans les communautés néolithiques est fournie par la découverte de nombreux poids de fuseau.

Au cours de la période paléolithique, les premières découvertes d'armes se composent principalement de pointes de flèches, de lances et de têtes de javelot en pierre. Dans la période néolithique successive, les armes n'ont montré aucune différence substantielle jusqu'à l'introduction du cuivre.

Les preuves de la protection corporelle du premier guerrier égéen sont très rares et aucune arme protectrice ou défensive ne survit. En effet, des vêtements de protection en peau d'animal ou en lin peuvent avoir été utilisés pendant la guerre et les activités de chasse.

Редварительный росмотр книги

Premier guerrier égéen 5000-1450 av. J.-C. - Raffaele D'Amato

BIBLIOGRAPHIE

GUERRIER DE LA PREMIÈRE ÉGÉE 5000-1450 av.

INTRODUCTION

Les témoignages d'établissements humains dans la région égéenne remontent à la préhistoire. Leur origine et leur développement ont été modélisés en termes de processus à grande échelle (tels que l'agriculture et l'urbanisation) et par les progrès de la civilisation.

Culture continentale

La colonie néolithique continentale de Sesklo sur la colline de Kastraki date du milieu du 7ème au 4ème millénaire avant JC. Sesklo, découvert à la fin du XIXe siècle, est considéré comme l'un des principaux sites néolithiques d'Europe. La poterie qui s'y trouve constitue la base chronologique des sous-périodes du Néolithique moyen pour l'ensemble de la région hellénique (« civilisation Sesklo »). Ses principales caractéristiques sont la technique de cuisson améliorée utilisée pour la poterie d'argile, qui produit une superbe couleur rouge, et l'utilisation d'outils en pierre, d'armes et d'obsidienne, importés de Melos. Les gens de cette période vivaient de l'élevage et de l'agriculture. Au Néolithique ancien (VIe millénaire av. J.-C.), les maisons avaient des fondations en pierre, des murs en briques crues non cuites et des sols en terre battue.

La colline de Dimini - l'un des établissements néolithiques grecs les plus connus - a été habitée presque dès le début du 5ème millénaire avant JC et a progressivement évolué jusqu'en 4500 avant JC. On a estimé qu'il y avait 200 ou tout au plus 300 habitants. Parmi ses vestiges archéologiques (architecture, poterie, outils, figurines, bijoux), toutes les réalisations culturelles de la société égéenne de la fin du Néolithique II (4800-4500 avant JC) sont représentées (Dimini Culture of Greek Prehistory).

Cyclades

Selon les découvertes, les Cyclades étaient habitées par une population indigène qui arrivait du continent grec depuis l'ère mésolithique (7500-6500 avant JC). Une archéologie plus précise a révélé qu'une migration massive d'une société agricole et maritime proto-ionique, venant d'Asie Mineure, s'est déplacée vers les Cyclades vers 5000 av.

Pour la première fois, ces populations importent dans la région le cuivre utilisé pour fabriquer des armes, des outils et des objets d'usage quotidien. Vers 3000 avant JC, une nouvelle vague de migration s'est apparemment produite dans la mer Égée, très probablement en provenance d'Asie Mineure. Ces personnes ont utilisé le bronze, un matériau révolutionnaire dans l'histoire humaine ancienne fabriqué à partir d'un alliage de cuivre et d'étain, introduisant ainsi l'âge du bronze. La civilisation des Cyclades primitives - le précurseur de la première véritable culture grecque - apparaît à peu près en même temps que les premières civilisations égyptienne et mésopotamienne.

Dessin reconstituant des fortifications Dimini, vers 5000 av. J.-C., Athènes, Musée Archéologique National. (Collection de l'auteur)

Les érudits modernes le divisent conventionnellement en trois périodes: Protocycladique (3200-2000 avant JC), Mésocycladique (2000-1550 avant JC) et Postcycladique (1150-1100 avant JC). Au cours de ces phases, la culture cycladique a d'abord été de plus en plus submergée par l'influence croissante de la Crète minoenne et plus tard de l'Achaïe helladique.

Début de Chypre

Les premières traces d'activité humaine à Chypre, probablement des populations éphémères de chasseurs-cueilleurs, datent d'environ 8800 av. Bien que les preuves soient sommaires, il semble que ces bandes de visiteurs aient exterminé la faune unique de l'île et n'aient établi aucun établissement permanent.

Les premiers établissements néolithiques permanents sont apparus vers la fin du VIIIe millénaire av. Cette culture, qui tire son nom du site le plus connu de l'époque, Khirokitia au sud, fut de courte durée et était en déclin vers 5500 av.

Le deuxième groupe d'habitants, connu sous le nom de culture Sotira, n'avait aucun lien avec ses prédécesseurs, même s'il occupait parfois les mêmes sites. Il se distingue par de petits ornements de picrolite (une variété de stéatite) et des poteries de plus en plus élaborées, et a vécu à Chypre entre 4600 et 3900 av. Son économie était basée sur le commerce agricole entre ses villages mais pas avec le monde extérieur. Vers la fin de cette période, le cuivre est entré en service. Le déclin de cette culture a été rapide, peut-être précipité au moins à certains endroits par un tremblement de terre, et plusieurs sites ont été abandonnés.

Sélection de poignards en cuivre de : a) Haghia Marina (Phocis), b) Haghios Dimitrios (Triphylia), Néolithique fin-final (c.5300-3200 avant JC). Musée Chaironeia n. inv. 698α, 698β, Musée Olympie, M1324. (Dessin d'Andrea Salimbeti ex Papathanasopoulos)

L'ère suivante (3900-2500 av. J.-C.) est connue sous le nom de période chalcolithique (littéralement, l'âge du cuivre et de la pierre). Cette période représente une étape de transition entre le Néolithique et le Bronze ancien, et se caractérise par l'apparition à Chypre des premiers objets métalliques, principalement de petits outils en cuivre martelé. On ignore encore si le travail du cuivre était une invention locale ou importée d'Orient. Il n'y a aucune indication d'extraction systématique de cuivre à Chypre au cours de cette période. D'autre part, les preuves du commerce maritime se limitent à de petites quantités d'obsidienne d'Asie Mineure. L'économie reste basée sur l'agriculture, même si progressivement des développements tels que l'utilisation des sceaux, la construction d'installations spéciales pour le culte et la diversité croissante des habitudes funéraires sont apparus, suggérant des formes d'organisation sociale relativement complexes. Les figurines féminines abstraites, fabriquées à partir de la pierre picrolite locale, qui font allusion aux cultes de la fertilité, perpétuent une longue tradition néolithique, sont particulièrement intéressantes.

Sélection de poignards en cuivre de Dimini et Sesklo (c.4800-3300 avant JC). (Dessin d'Andrea Salimbeti)

Le passage du Chalcolithique à l'âge du Bronze ancien a été marqué par des changements radicaux, probablement causés soit par des migrations de population depuis la côte d'Asie Mineure, soit par des évolutions internes. Les anciennes colonies ont été abandonnées et de nouvelles ont été fondées à proximité de sources d'eau et de terres arables. L'exploitation systématique des riches gisements de minerai de cuivre de l'île a commencé à cette période avec des techniques d'extraction, de fonte et de travail qui ont peut-être été introduites du Proche-Orient, où la métallurgie était déjà avancée. À la fin de l'âge du bronze ancien, les bronziers chypriotes avaient développé leur propre tradition, produisant des types distincts d'armes et d'outils. Néanmoins, le commerce est resté limité et l'agriculture a continué à constituer la base de l'économie.

Au cours de l'âge du bronze moyen, Chypre a développé des formes d'organisation sociale plus complexes en partie en raison de l'augmentation des relations commerciales avec les cultures voisines. Les différences de richesse prononcées, observées dans les sépultures, témoignent de divisions sociales plus rigoureusement définies. De nombreuses colonies ont été fortifiées, probablement en réponse à des conflits internes plutôt qu'à des menaces extérieures. La religion a acquis des formes d'expression plus complexes, avec des sites de culte spécifiques et des pièges rituels élaborés. La présence d'installations métallurgiques permanentes confirme l'importance croissante du cuivre pour l'île et il existe des preuves solides de commerce avec la côte syro-palestinienne, l'Égypte, l'Anatolie et la Crète minoenne. De plus, les premiers textes mésopotamiens et égyptiens faisant référence à une « terre productrice de cuivre appelée Alashiya » (identifiée comme Chypre par de nombreux érudits) datent de cette période.

Sélection d'armes en cuivre et or de Leukas, tombe familiale R (4e millénaire av. J.-C.) ex Dorpfeld, 1927. (Collection de l'auteur)

Au cours de l'âge du bronze final, Chypre s'est imposée comme un centre majeur de production de cuivre, approvisionnant toute la Méditerranée orientale. Des colonies urbaines se sont développées à proximité des ports à partir desquels des lingots de cuivre et des objets en bronze étaient expédiés vers la mer Égée, le Moyen-Orient et l'Égypte pour être troqués ou échangés contre d'autres produits et articles de luxe. Dans les grandes villes, des bâtiments ont été érigés à des fins administratives, tandis qu'un système d'écriture encore non déchiffré (environ 1500 av.


Avis des clients

Évaluer ce produit

Meilleurs avis du Japon

Meilleures critiques d'autres pays

Cette publication Osprey peut sembler un peu inhabituelle, car elle manque largement du contexte historique que l'on peut trouver dans la plupart des autres volumes de la série. Une évaluation plus juste serait de reconnaître le choix que les auteurs ont volontairement fait de se concentrer sur les découvertes archéologiques, de les décrire et de s'en servir comme base pour leurs reconstitutions. Dans une large mesure, leurs alternatives étaient limitées simplement parce qu'il n'y avait pas de sources écrites primaires qu'ils pouvaient utiliser.

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a aucune discussion sur les origines des différentes vagues d'"Indo-européens", ou les Crétois, par exemple. Seulement qu'il est réduit au minimum avec les auteurs, par exemple, faisant également clairement remarquer que l'existence de la "puissance maritime minoenne" n'est rien de plus qu'une théorie remontant à Evans, même si elle est plausible et logique. , comme ils le montrent également. L'explication donnée pour l'effondrement du pouvoir minoen est également intéressante. Encore une fois, il s'agit d'une théorie, dans la mesure où nous ne savons pas « savoir » avec certitude en l'absence de sources écrites, mais elle est plutôt plausible. Un dernier point important est qu'à l'époque de la "guerre de Troie" (en supposant, encore une fois, qu'elle ait vraiment eu lieu comme l'indique Homère), la Crète était divisée en principautés achéennes, les Achéens ayant conquis l'île et la gouvernant pendant un couple des siècles

La valeur principale (et élevée !) de ce livre réside dans ses descriptions centrées sur les différentes découvertes de pièces d'armes et d'armures, d'une part, et les reconstitutions assez somptueuses à travers les planches. Parfois, les descriptions d'armes et d'armures assorties peuvent se lire comme un catalogue de musée, mais avec l'avantage supplémentaire qu'elles sont une sélection de découvertes dans toute la Grèce et la mer Égée. Ils sont également superbement illustrés par des séries d'images et de dessins.

Ensuite, il y a les planches en couleurs elles-mêmes qui, aussi superbes qu'elles soient ici, sont l'une des principales attractions de chaque volume d'Osprey. J'ai été particulièrement impressionné par celui de la page 57 intitulé "la conquête achéenne de Knossos, 1430 av. Plus généralement, il y a une assez bonne interaction entre les planches, les images et dessins et le texte principal.

J'avais également deux points relativement mineurs à soulever - je ne peux pas les appeler "problèmes". L'un concernait la bibliographie, où les auteurs faisaient référence à des titres multiples et plutôt spécialisés mais ne semblaient recommander aucun livre pouvant fournir plus de contexte sur la période. Par exemple, j'ai été surpris de ne pas trouver de référence à "The Aegean Bronze Age" d'Oliver Dickinson, bien qu'une autre de ses œuvres soit citée. Peut-être que les contraintes d'espace ont obligé les auteurs à faire des choix difficiles et à laisser celui-ci (et quelques autres peut-être) de côté. Une autre petite chicane est la tendance à écrire sur les différentes périodes et à utiliser des acronymes assez spécialisés et hermétiques (comme LH, LM etc. ) sans toujours fournir les dates correspondantes. Le lecteur non spécialiste est alors obligé de « faire des allers-retours » par moments pour voir quelle période est exactement couverte.

Quoi qu'il en soit, il s'agissait de chicanes de plus et le titre valait pour moi un solide quatre étoiles.


Kobo Rakuten

Por el momento no hay artículos en tu carrito de compra.

*Aucun engagement, annulez à tout moment

Disponible el :
Disponible el :

1 livre audio par mois

+ Essai GRATUIT de 30 jours

Obtenez 1 crédit chaque mois à échanger contre un livre audio de votre choix

*Aucun engagement, annulez à tout moment

*Aucun engagement, annulez à tout moment

Disponible el :
Disponible el :

1 livre audio par mois

+ Essai GRATUIT de 30 jours

Obtenez 1 crédit chaque mois à échanger contre un livre audio de votre choix

*Aucun engagement, annulez à tout moment


Premier guerrier égéen 5000-1450 av.

Chaque article de notre inventaire a été inspecté, très strictement classé et emballé pour sa protection.

Emballage sous film rétractable. Toujours dans l'emballage rétractable d'origine, avec l'état visible à travers le rétrécissement noté. Par exemple, "SW (NM)" signifie emballé sous film rétractable dans un état proche du neuf.

Près de la menthe. Comme neuf avec seulement la moindre usure, plusieurs fois impossible à distinguer d'un article Mint. Proche de la perfection, très à collectionner.
Les jeux de société et de guerre dans cet état montreront très peu ou pas d'usure et sont considérés comme étant poinçonnés à moins que la note d'état indique non poinçonné.

Excellent. Peu utilisé, mais presque comme neuf. Peut présenter de très petits plis de la colonne vertébrale ou une légère usure des coins. Absolument aucune déchirure et aucune marque, un état de collection.

Très bien. Utilisé. Peut avoir des plis de taille moyenne, des bosses dans les coins, des déchirures mineures ou des éraflures, de petites taches, etc. Complet et très utilisable.

Très bien utilisé, mais complet et utilisable. Peut avoir des défauts tels que des déchirures, des marques de stylo ou des surlignages, de grands plis, des taches, des marques, une carte lâche, etc.

Extrêmement bien utilisé et a des défauts majeurs, qui peuvent être trop nombreux pour être mentionnés. L'article est complet sauf indication contraire.


Ebook gratuit The One Minute Manager: One Minute For Yourself, par Spencer Johnson

Découvrez le secret pour améliorer la qualité de vie en lisant ce Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson C'est un genre de publication dont vous avez besoin actuellement. En outre, cela peut être votre publication préférée à vérifier après avoir eu cette publication Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson Vous demandez-vous pourquoi ? Eh bien, The One Minute Manager: One Minute For Yourself, de Spencer Johnson est un livre qui présente diverses caractéristiques avec les autres. Vous ne devriez peut-être pas comprendre que l'écrivain est, à quel point l'œuvre est célèbre. En tant que mot intelligent, n'évaluez jamais les mots dont parle, mais faites en sorte que les mots soient peu coûteux pour votre vie.

Cette Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson est vraiment approprié pour vous en tant que lecteur débutant. Les téléspectateurs commenceront systématiquement leur comportement de lecture avec le thème préféré. Ils pourraient exclure l'écrivain et l'auteur qui développent le livre. C'est pourquoi, ce livre The One Minute Manager: One Minute For Yourself, de Spencer Johnson est vraiment à lire. Cependant, le principe qui est abandonné dans ce livre The One Minute Manager : One Minute For Yourself, By Spencer Johnson vous révélera certainement bien des choses. Vous pouvez commencer à aimer la lecture jusqu'à la fin du guide The One Minute Manager: One Minute For Yourself, de Spencer Johnson.

De plus, nous partagerons certainement avec vous le guide The One Minute Manager: One Minute For Yourself, de Spencer Johnson dans les types de documents souples. Cela ne vous dérangera pas en alourdissant votre sac. Vous n'avez besoin que d'un outil informatique ou d'un gadget. Le lien Web que nous proposons dans ce site est proposé de cliquer puis de télécharger ce The One Minute Manager: One Minute For Yourself, By Spencer Johnson Vous reconnaissez, ayant le fichier logiciel d'un livre Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson être dans votre outil peut faire réduire les visiteurs. Alors de cette façon, soyez un excellent lecteur actuellement !

Attachez-vous simplement au net pour obtenir ce livre Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson C'est pourquoi nous vous demandons d'utiliser et d'utiliser l'innovation établie. L'extraction du livre n'indique pas d'apporter le document publié The One Minute Manager: One Minute For Yourself, By Spencer Johnson La technologie établie vous a permis de consulter uniquement le fichier logiciel du livre The One Minute Manager: One Minute For Yourself, By Spencer Johnson C'est exactement la même chose. Vous ne devriez pas aller chercher traditionnellement dans le guide de navigation Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson Vous n'avez peut-être pas assez de temps à consacrer, n'est-ce pas ? C'est pourquoi nous vous proposons la meilleure méthode pour obtenir le guide The One Minute Manager : One Minute For Yourself, par Spencer Johnson actuellement !

Par le co-auteur à succès de The One Minute Manager et auteur de Who Moved My Cheese ?, ce livre montre comment faire ressortir le meilleur de vous-même dans un monde en manque de temps. La vie se vit minute par minute. Le temps vous semble-t-il trop précieux pour se prodiguer ? À l'aide de son programme One Minute de renommée mondiale, l'auteur à succès numéro un, le Dr Spencer Johnson, révèle des moyens faciles de faire ressortir le meilleur de vous-même. * Réduisez le stress au travail et à la maison * Profitez d'un sentiment de paix et d'équilibre * Ayez plus de succès commercial et personnel * Prenez mieux soin de vous et encouragez les autres à faire de même Avec la sagesse pratique qui caractérise tous ses livres, le Dr Johnson montre comment s'arrêter et prendre une minute de la journée peut rendre la vie plus significative et plus agréable - pour vous et vos proches. Spencer Johnson est un auteur à succès international dont les livres ont aidé des millions de personnes à découvrir des modes de vie plus sains avec plus de succès et moins de stress. Avec The One Minute Manager, The One Minute Sales Person, The One Minute Father et Who Moved My Cheese ?, plus de 13 millions d'exemplaires des livres du Dr Johnson sont utilisés dans 24 langues.

  • Classement des ventes : 1192275 dans les livres
  • Publié le : 2005-06-20
  • Langue originale : anglais
  • Nombre d'articles : 1
  • Dimensions : 7,72" h x 0,31" l x 4,96" l, 0,18 livre
  • Reliure : Broché
  • 112 pages

Revoir
« Un chef-d'œuvre d'une minute ! » CBS Nouvelles

A propos de l'auteur
Le Dr Spencer Johnson est un auteur à succès international dont les livres aident des millions de personnes à découvrir des vérités simples qu'elles peuvent utiliser pour avoir une vie plus saine avec plus de succès et moins de stress. Ses nombreux best-sellers incluent The One Minute Manager (avec Ken Blanchard), The One Minute Sales Person, The Present et Who Moved My Cheese?

Extrait. � Réimprimé avec autorisation. Tous les droits sont réservés.
Prendre soin de moi :
Un résumé

La plus grande raison du succès extérieur - au travail et dans la vie - est le succès intérieur.

Je me rends compte que prendre soin des affaires, c'est prendre soin de mon « Soi ».

Pour commencer, je simplifie ma vie.

Je me traite comme j'aimerais que les autres me traitent. Je suis bien avec moi-même.

Je m'arrête souvent pendant la journée pendant une minute pour regarder et écouter.

Je regarde ce que je pense ou ce que je fais et je me demande : « Comment puis-je prendre bien soin de moi ? »

J'écoute tranquillement une réponse en moi - la sagesse de mon meilleur Soi et découvre ce qui est vraiment le mieux pour moi.

Quand je vois clairement ce qui est le mieux pour moi, je le fais habituellement.

Pourquoi ça marche :
Quand je prends bien soin de moi, je suis moins en colère et plus heureux - avec moi-même et les autres.

Quand je suis plus heureux, je travaille mieux. Et je traite mieux les gens autour de moi.

Avis clients les plus utiles

6 personnes sur 6 ont trouvé le commentaire suivant utile.
Facile. Simple. Sur la cible
Par Jeff Jones
Les livres de Spencer Johnson ne sont pas profonds, mais ils peuvent changer la vie. Parfois, les personnes qui peuvent le plus aider à éliminer le fouillis et le verbiage dans lesquels nous pouvons nous enliser et entrer dans le vif du sujet. Johnson le fait dans ses livres narratifs simples et One Minute for Yourself n'est ni différent ni moins efficace.
Pouvez-vous imaginer avoir 365 minutes pour vous par an ? Pouvez-vous imaginer ce que vous pouvez faire pour vous-même en soixante secondes de silence et de paix ? La plupart des gens ne croient pas ou croient même qu'un court laps de temps peut faire la différence. mais c'est vrai. Johnson passe à travers les ordures que nous empilons sur nous-mêmes des gourous de l'auto-assistance et vous montre à quel point cela peut être facile.
Certains jours, je prends une minute pour moi. D'autres, je plonge dans mon travail et y reste immergé. Il est facile de regarder en arrière et de voir mes jours les plus efficaces et mes jours les plus accablants. Prendre une minute pour réfléchir, rêver ou simplement se détendre fait une grande différence dans mon efficacité au quotidien. En fait, je pense que je vais en prendre un maintenant.

23 personnes sur 24 ont trouvé le commentaire suivant utile.
Incitant à la réflexion et simple
Par David R. Bess
Ce livre est le deuxième que je lis de la série One Minute. Une fois que le lecteur s'est habitué à la présentation de la parabole, les principes sont beaucoup plus faciles à saisir. L'auteur dans ce volume définit de manière intéressante l'égoïsme comme la négligence de soi.
Il y a trois concepts de base promus : prendre soin de moi, prendre soin des autres et prendre soin de la relation que j'ai avec les autres. Johnson affirme qu'une personne est plus aimante lorsque ses propres besoins ont été correctement pris en compte. Il pense que l'abnégation est destructrice pour nous-mêmes et pour les autres, plutôt qu'utile.
Jésus nous encourage à « aimer les autres comme nous nous aimons nous-mêmes ». Sur la base de cet avertissement, il existe une base biblique pour ce que l'auteur déclare. Tant que nous ne nous aimons pas et ne prêtons pas attention à nos propres besoins et désirs, nous ne sommes pas vraiment libres d'aimer. Une fois que nous avons pris « une minute » pour regarder à l'intérieur et évaluer nos propres besoins, nous sommes alors beaucoup mieux équipés pour établir des relations avec les personnes qui nous entourent.
Ce livre est facile à lire, je l'ai terminé d'une traite. Si vous avez été élevé à penser que l'abnégation est toujours bonne et que l'auto-indulgence est toujours mauvaise, je vous encourage à lire ce volume. Pour le prix, les connaissances acquises valent bien l'argent dépensé.

0 personnes sur 0 ont trouvé le commentaire suivant utile.
Probablement le pire de la série que j'ai lu
Par Davido
J'aime vraiment la série de gestion One Minute et j'avais hâte de lire ceci. Économisez votre $. Le message à retenir est que vous devez prendre soin de vous avant de pouvoir prendre soin des autres.

Voir les 29 commentaires des clients.

Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson PDF
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson EPub
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson Doc
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson iBooks
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson rtf
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson Mobipocket
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson Kindle

Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson PDF

Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson PDF

Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson PDF
Le gestionnaire d'une minute : une minute pour vous-même, par Spencer Johnson PDF

Les clients ayant consulté cet article ont également consulté

Filtrer les avis par

Meilleure critique d'Allemagne

Un problème est survenu lors du filtrage des avis. Veuillez réessayer plus tard.

Meilleures critiques d'autres pays

C'est un titre Osprey plutôt bon - voire très bon. Un signe de cela, pour moi du moins, c'est que je l'ai terminé et que j'en voulais plus. Peut-être que cela "aurait pu être mieux", comme l'a dit un autre critique du site américain, même si, pour être juste, cela aurait été difficile à réaliser en seulement 64 pages. Encore un autre critique considérait ce livre comme « un catalogue d'armes ». C'est vrai, mais le livre est aussi beaucoup plus que cela, à mon avis. C'est en grande partie pourquoi j'ai aimé et apprécié ce livre, et c'est aussi le point que je vais essayer de faire dans cette critique.

La portée couverte dans ce livre était particulièrement ambitieuse et va bien au-delà de la description des différentes armes utilisées et équipements, bien qu'il y en ait aussi, et c'est plutôt bien fait et bien étayé d'illustrations, de photos et de planches.

J'ai particulièrement apprécié les pièces sur les boucliers si caractéristiques (tour de boucliers, huit et proto-dipylon) et les types d'épées, de poignards et de casques. La façon dont ces derniers sont représentés, en particulier, illustre assez bien les évolutions entre les casques-types. Les pièces sur les armures et la section sur les chars étaient également bonnes, bien qu'étant donné la portée choisie par les auteurs, j'en redemandais, en particulier dans ce dernier cas (il existe cependant un autre volume Osprey couvrant les chars de guerre de l'âge du bronze).

Ce que les auteurs semblent avoir essayé de faire, et y ont largement réussi malgré les obstacles, n'était pas seulement de décrire le "guerrier grec de l'âge du bronze" entre 1600 et 1100 av. Le livre ne se limite donc pas aux « armes et armures » et à l'organisation militaire, contrairement à la portée assez limitée qu'adoptent encore certains volumes Osprey Men-at-Arms. Il comprend également les divers aspects de la guerre - la guerre navale, les sièges, la vie quotidienne des guerriers et des campagnes.

Il y a cependant un prix à payer pour être si ambitieux. Le livre ne peut tout simplement pas - et n'entre donc pas - dans autant de détails sur chaque aspect que les auteurs voulaient couvrir. Alors oui, effectivement, le livre "aurait pu être mieux". Il aurait alors pu, par exemple, inclure un aperçu des principaux événements chronologiques et peut-être même quelques vignettes sur des événements spécifiques ou sur les différents états et seigneurs de guerre achéens (ou mycéniens) qui ont dominé à différentes périodes. Il aurait également pu, comme l'a suggéré un autre critique, inclure plus d'exemples de leur culture guerrière très agressive, de raids et d'expéditions de pirates et d'attaques contre presque tout le monde en Méditerranée orientale. Il aurait finalement pu également inclure une section sur les "peuples de la mer" plutôt mystérieux, dont certains semblent avoir des Achéens, et peut-être aussi quelque chose sur les soi-disant "Doriens".

Pour y parvenir, cependant, le livre aurait dû avoir au moins la taille d'un volume de campagne Osprey (encore 32 pages - 50% de plus que sa taille actuelle), sinon le double de sa taille actuelle et ce n'était clairement PAS possible, même si je suis certain que les auteurs et l'illustrateur auraient probablement été aussi ravis que leurs lecteurs si cela avait été possible.

Quoi qu'il en soit, et quelles que soient ses limites quant à la quantité de contenu qui est inclus, l'un des principaux mérites de ce livre est certainement de donner envie au lecteur d'en savoir plus sur cette période méconnue. Du moins, c'est comme ça que ça s'est passé pour moi, et c'est là que j'ai été un peu déçu.

La bibliographie semble inclure soit des titres relativement anciens, soit des titres très spécialisés, les publications les plus récentes étant des titres Osprey. Par exemple, alors que le "Guerrier hittite" de Trevor Bryce est référencé, j'ai été surpris de ne trouver aucun ouvrage de référence sur les Hittites (par exemple les deux volumes de Trevor Bryce) ou sur les Mycéniens, ou encore plus généralement sur l'âge du bronze égéen (pour paraphraser le titre du livre d'Oliver Dickinson sur ce sujet). I was also surprised not to find "the End of the Bronze Age" (to paraphrase yet another book title) and the catastrophe of around BC 1200 at least listed in the bibliography, especially since this book's scope, and some of its illustrations, cover the period up to 110 BC. Another little glitch, which another reviewer may have already mentioned, has to do with editing. There are one or two references to authors in the text that accompanies some of the illustrations which are not mentioned elsewhere, not even in the bibliography

Having mentioned this, and partly because I want to finish this review on a very positive note - but mostly because it is richly deserved - I must also stress that the illustrations are rather superb. I was almost tempted to say "as usual", given the illustrator's works on a number of other Osprey titles. As usual also, each of the characters presented in the various plates is adapted from archaeological findings (for instance the Dendra armour worn by the Achean prince on page 59, or from figures depicted on vases.

Despite limitations due to size constraints and to a selective bibliography (but then, as another author once said, a whole book would be needed for a comprehensive bibliography on the Myceneans), this is a good and valuable Osprey title.


Fee Download A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely

A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely. In what situation do you like reviewing a lot? Just what about the kind of the publication A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely The have to check out? Well, everybody has their very own factor why must check out some books A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely Primarily, it will associate with their requirement to get knowledge from the book A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely and also want to read just to obtain entertainment. Books, story e-book, as well as other entertaining books come to be so preferred this day. Besides, the clinical books will certainly also be the best reason to choose, especially for the students, educators, physicians, entrepreneur, as well as various other professions that enjoy reading.

The perks to consider reading the books A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely are concerning improve your life high quality. The life high quality will certainly not just regarding exactly how significantly knowledge you will obtain. Even you review the enjoyable or amusing books, it will certainly help you to have enhancing life quality. Feeling enjoyable will certainly lead you to do something perfectly. Additionally, the publication A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely will certainly offer you the driving lesson to take as a good factor to do something. You might not be useless when reading this e-book A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely

Never mind if you do not have sufficient time to go to the publication establishment and also look for the favourite book to review. Nowadays, the on-line e-book A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely is concerning give convenience of checking out habit. You may not require to go outside to search guide A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely Searching as well as downloading and install guide entitle A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely in this write-up will offer you far better solution. Yeah, on-line publication A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely is a kind of electronic book that you could enter the link download supplied.

Why should be this on-line book A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely You could not need to go someplace to review guides. You could read this publication A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely whenever and every where you want. Also it remains in our downtime or sensation burnt out of the jobs in the office, this corrects for you. Obtain this A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely now as well as be the quickest person that finishes reading this publication A Student Handbook For Writing In Biology, By Karin Knisely

Providing practical advice to students on how to write for biology, this book shows how to write for a particular audience, self evaluate drafts, and paraphrase for improved comprehension.

  • Sales Rank: #17342 in Books
  • Brand: Knisely, Karin
  • Published on: 2013-01-01
  • Original language: English
  • Number of items: 1
  • Dimensions: 9.00" h x .59" w x 6.05" l, 1.10 pounds
  • Binding: Paperback
  • 224 pages
  • Used Book in Good Condition

A propos de l'auteur
Karin Knisely, Bucknell University, USA.

Avis clients les plus utiles

2 of 2 people found the following review helpful.
Quite Handy
By Bryan Drew
This book was required for an Ecology class but I'm glad it was because it has helped tremendously with Lab Reports, Field Summaries, and other scientific papers. Now that the class is over I technically don't need it anymore but I will be sure to hold on to this for future reference.

1 of 2 people found the following review helpful.
Waste of a perfectly good tree
By Daniel Murray
This is the most unorganized and aggravating book I have ever had to use. Don't get me wrong there is a lot of good information in the book but you will never find it when you need it. I can hear people saying now "just look it up in the index." That would be okay if the index referred you page that that information was on but it doesn't. If I have a question about a paper and have to look in this book it usually ends in this hunk of junk flying across the room and a google search. I had to buy this book because it is the writing guide that UNF requires but it is an absolute waste of money up front and time when start hunting through it.

0 of 0 people found the following review helpful.
Helpful and easy to read
By ks
This book was required for one class I'm taking which requires me to write a lab report each week--but I wish I had known about it when I started my college career. It is so helpful and easy to read and understand, this is a book you will be able to use for the rest of your life (especially if you choose to stay in the field of science/science research). I recommend this to any Biology major--or even someone taking some higher level bio classes in high school.

See all 22 customer reviews.

A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely PDF
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely EPub
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely Doc
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely iBooks
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely rtf
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely Mobipocket
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely Kindle

A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely PDF

A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely PDF

A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely PDF
A Student Handbook for Writing in Biology, by Karin Knisely PDF

Связанные категории

Лучшие цитаты

In other poleis, like Athens, civic life continued without interruption from the late Bronze Age, and thus these city-states could rely upon a more consistent num- ber of aristoi and their retainers to defend the interests of the whole community.

The most appropriate source, especially for warfare, would appear to be Homer, though caution must be used in evaluating the evidence contained in his epic poetry, which refers only to late Bronze Age military technology.

The influence of the weaponry invented for the standing armies of the Near East (mainly the Assyrians), and originally conceived for the heavy infantry of those armies, was visible in the creation of the hoplite.

It is only towards the end of the period under discussion, i.e. from about 800 bc, that warrior figures reappear on pottery, notably in Athens, providing an additional source of evi- dence.

Any expansion of Sparta towards the east and the sea would have to confront the power of Argos, so the Spartans opted to conquer the Plain of Messenia in the west.

Предварительный просмотр книги

Early Iron Age Greek Warrior 1100–700 BC - Raffaele D’Amato

BIBLIOGRAPHY

INTRODUCTION

Towards the end of the 13th century bc the eastern Mediterranean, Anatolia and the Aegean, as well as continental Greece, were troubled by a series of events that deeply changed the political order of the ruling bodies in these areas. In this period the threat posed by the so-called Sea Peoples, originating from various parts of Central Europe and the Mediterranean – chiefly directed against Egypt, the Palestine-Syrian coast, Cyprus and Anatolia – also affected the Greek mainland. It is not by coincidence that in roughly the same period (around 1200–1100 bc) the leading Achaean palaces and citadels began to decline, progressively losing political power, and the great palace complexes were destroyed or abandoned.

The fall of the palatial societies began a period of cultural, economic and social regression that engulfed Greece. During this ‘Greek Dark Age’ there was a general decline in technical skills, a drop in living standards and wealth, and a drastic fall in population. Large-scale immigration took place on the western coast of Asia Minor and some of the islands lying off that coast. These movements do not appear to have ended until the early 9th century, when a measure of stability returned to the Greek mainland. The Greek Dark Age was also characterised by a reduction in commercial contact with peoples lying beyond the Aegean, and by general insecurity. Thucydides (1.5–6) characterises this period as one of smaller, poorer, generally weaker cities, with reduced communication or trade, threatened by piracy and plunder, and which felt the need to arm themselves with iron weapons.

A krater from Thermos Aetolia, manufactured at the Voudeni workshop, representing marching warriors, 11th century

. A protective skirt similar to the later-period pteryges seems to be depicted on the warrior on the left. The strips were made of perishable material like linen or leather. The central warrior seems instead to be wearing some sort of lower abdomen protection or mitra. A medium-sized round shield is also shown, together with a large rectangular one. The decorations on these shields appear to be similar to those found on bronze specimens from Central and Northern Europe. (Archaeological Museum of Patras authors’ photo)

There was, however, a certain hint of continuity between the material culture of the Late Helladic Period and the early Iron Age, especially in peripheral regions such as Aetolia, Phocis and Locris, as shown by the extensive field work conducted in recent years. Many material features of the Greek Dark Age seem to merge seamlessly and directly with those of the late Bronze Age, especially in terms of warfare and military technology.

The key source that helps us better understand this troubled age of Greek history is archaeology, especially with regard to weaponry. In this period, iron was clearly the principal metal used for the production of weapons and tools. But the widespread use of iron did not mean a sudden or total conversion to this metal. The study of early Iron Age cemeteries and burial sites has produced iron finds in greatest volume, and the range of weapon types and categories has greatly increased as a consequence. Iconography – very rare in the 11th–9th centuries – acquires greater prominence during the Geometric Period (c.900–700 bc). Furthermore, the works of the early Greek poets, which are best exemplified by Hesiod, provide us with detailed information on the topic under discussion here. As far as the Homeric poems are concerned, although their descriptions refer mainly to the culture and civilisation of the very late Bronze Age, they can still help us understand aspects of warfare dating back to the Greek Dark Age. Such works ignore the movement of people in the period following the fall of the citadels, portraying a period of stability, but at the same time certain historical aspects that brought about the fall of palatial society can be identified.

Bronze statuettes of warriors, 850–750

. (National Archaeological Museum of Athens authors’ photo)

Throughout the 12th and even into the 11th centuries bc, a substantial number of settlements in Achaea (the northernmost region of the Peloponnese) did, however, remain occupied. Here the signs of fire and destruction, which characterise the years shortly before 1200 bc, seldom appear moreover, family funerary practices continued to use chambers or, more rarely tholos (or beehive) tombs, and there was a continuity in traditional Achaean material culture in terms of dress, ornament and military accoutrement. Furthermore, the excavations in recent decades in Achaean settlements such as Mycenae, Tiryns and Midea have shown that after the destruction occurred around 1200 bc, the citadels with their Cyclopean fortifications were repaired and reoccupied.

Such evidence suggests that changes in Greek material culture were neither radical nor absolute across all regions, and that a form of sub-Achaean civilisation continued for a further two centuries at least. This is evident, for instance, in Achaea, Patras, eastern Attica, Cephalonia, the Cyclades and the Dodecanese. Furthermore, islands like Cyprus witnessed a large increase in population and items of Achaean material culture, possibly caused by the arrival or incursion of refugees from troubled areas.

In contrast, around 1200 bc the Dark Age began in regions such as Messenia and Laconia. Thessaly is a case apart, because the main palace in this region, Iolcos, was destroyed at a later date than the palaces further south, and the settlements around it show no signs of destruction – indeed, almost all remained occupied. Thus Achaean culture declined in different phases in different areas of Greece.

According to the ancient historians, Achaean civilisation was brought to an end chiefly by the ‘Dorian invasion’, beginning in the crucial year of 1104 bc. The apparent absence of archaeological evidence for the arrival of the Dorians has led many scholars to argue that the ‘Dorians’ and other speakers of western Greek dialects were actually the lower classes of the Achaean population, who rose in revolt against their masters.

Two bronze statuettes of warriors. Left: Geometric Period, from the third quarter of 8th century

(Archaeological Museum of Olympia, inv. no. B2000 authors’ photo). Right: Geometric Period, from the third quarter of 8th century

(National Archaeological Museum of Athens authors’ photo)

During the Post-Palatial Period (c.1200–1000 bc) and the early Iron Age, local warfare concerned itself with the establishment of new political centres and systems of social organisation in various territories. That the latter involved the simultaneous immigration of homogeneous population groups, already organised along similar lines, should be considered extremely doubtful. It is indeed possible that some groups moved from the more barren parts of central and northern Greece to the heartland of Achaea, but when this happened and under which circumstances remain matters for speculation. It seems more likely that such movements occurred, at the earliest, in the late Post-Palatial Period, when conditions had already deteriorated, rather than at its beginning.

As noted, our knowledge of Greece during its Dark Age is obscured by a lack of iconographic material. We have to depend heavily on archaeological evidence as a crucial aid in reconstructing the society of the period, including its military aspects. The changes that took place between the collapse of Bronze Age palace cultures and the rise of archaic city-states were momentous. The last half-century of this process witnessed sweeping cultural and social developments, including the rapid growth and consolidation of communities, the revival of literacy and the foundation of religious sanctuaries.


Voir la vidéo: Bambola - Raffaele Damato